Accueil
Demandez le programme !
Rechercher



Partagez vos  émotions avec nous

Interview d’Eric Traonouez, champion du Monde de roller inline artistique

Dernière modification le 2/01/2009.

Discipline voisine de la glace, le roller artistique est un sport particulièrement méconnu en France et très peu médiatisé. Pourtant au mois de novembre un français a pour la première fois remporté un titre mondial à Kaohsiung à Taiwan. Agé de 29 ans, comédien, chanteur, danseur et ex-coach sportif, Eric Traonouez a accepté de répondre aux questions de Passion Patinage….

(Propos recueillis par Brice Dequaire)


JPEG - 24.2 ko
Eric Traonouez, champion du Monde de roller inline artistique

1/ Tu es le premier français toutes disciplines confondues en 53 championnats du monde à remporter une médaille d’or mondiale en roller artistique. Il y a deux disciplines différentes dans ton sport, le roller à quatre roues (ou quad) et le roller en ligne (ou inline) qui est plus récent, tu as remporté ce titre dans la catégorie roller en ligne. Raconte-nous ton parcours, comment as-tu commencé le roller artistique et à quel âge ?

J’ai commencé le roller à 10 ans en 1990 à Plouider en Bretagne, complètement par hasard, parce que j’en faisais avec l’école et que plusieurs élèves de ma classe étaient inscrits dans le club. Au bout d’un mois, j’ai fait des tests pour passer à l’étape supérieure et j’ai été repéré par un entraîneur à Guingamp qui m’a demandé de venir dans son club. Donc du coup je suis allé m’entraîner avec lui à 100 kilomètres de chez moi, c’était un peu difficile. La première année, j’ai fait les championnats de Bretagne et les championnats de France et j’ai gagné !

JPEG - 44.6 ko
Carlos Urquia 2ème (Argentine), Éric Traonouez 1er (France), Marco Viotto 3ème (Italie)

Ensuite 1992, une année un peu catastrophe, après un grand succès il y a souvent une baisse de régime. 1993 je suis rentré en équipe de France et 1996 j’ai fait mes premiers mondiaux en junior. J’ai donc continué à faire les championnats d’europe et du monde jusqu’en 2002. Sur ces mondiaux en 2002, j’ai fait ma dernière compétition de quad et c’était en même temps la première année pour le roller en ligne. Comme j’avais décidé d’arrêter, j’ai proposé à la fédération française de tester le roller en ligne histoire que la France reste dans le coup à condition qu’ils m’achetent la paire de patins. J’ai donc essayé un petit peu, c’était le même sport, mais avec des sensations différentes...

JPEG - 17.7 ko
Eric Traonouez

Ensuite après une interruption de 2002 à 2006, je suis venu à Paris. Comme il m’arrivait de patiner un peu sur les quais, un monsieur est venu me voir pour me demander si je voulais participer à une compétition de roller inline et j’ai répondu pourquoi pas ! Au début, c’était juste pour faire une exhibition et je me suis retrouvé à faire la compétition avec le 3ème mondial qui était là et je l’ai battu ! Donc à la suite de ce résultat, je me suis réinscrit dans un club en me disant que je pourrais peut-être gagner une médaille en championnat du monde.

La première année en 2006, j’ai donc gagné une médaille de bronze aux championnats du monde. J’étais même parti favori en gagnant le programme court pour terminer ensuite 3ème du long et du classement général à cause du stress. 2007 un peu le chao et 2008 j’ai atteint l’objectif que je voulais atteindre en gagnant France, europe, monde la même année. C’était ma 9ème participation à des championnats du monde depuis 1996 quad et inline confondus.


2/ Justement, comment as-tu vécu ta victoire lors de ces mondiaux à Kaohsiung après ce long parcours ?

JPEG - 16.6 ko
Eric Traonouez

J’ai de nouveau remporté le programme court et il ne fallait pas faire d’erreur sur le long comme en 2006, mais là j’étais préparé mentalement. Grosse dose de stress et de pression tout de même, du coup quand j’ai terminé mon programme, je ne savais plus du tout ce que j’avais fait. Mon premier mouvement a été de prendre mon entraîneur dans mes bras et de lui demander "qu’est-ce que j’ai fait, qu’est-ce que j’ai raté ?" et il a répondu "non non c’est bon, tu as réussi quatre triples, tu as juste posé une main sur le triple flip et tu n’as pas monté la pirouette talon, mais c’était très bien". Ensuite les notes et la place sont apparues, premier du libre et au combiné, je n’y croyais pas, mon entraîneur non plus !

(NDLR : Pirouette talon, pirouette effectuée sur la roue arrière du patin)


3/ Quelles sont les nations qui dominent habituellement en roller artistique et pourquoi selon toi ?

JPEG - 26.5 ko
Eric Traonouez

L’Italie clairement, ils ont quasiment tous les titres de champion du monde. Ils ont de très très bon entraîneurs, ils savent comment faire pour former des champions, il faut prendre les patineurs très jeunes, faire des stages de détection, ce qu’il n’y avait pas du tout en France et qui commence à être mis en place. En France avant, on s’occupait des meilleurs et donc quand les bons patineurs arrêtaient on se disait "mince, il va falloir en retrouver !", mais une équipe pour le haut niveau doit se préparer en amont et le roller français n’était pas au point il y a quelques années dans ce domaine. Maintenant c’est davantage le cas avec mon entraîneur Arnaud Mercier qui a mis beaucoup de choses en place au niveau de la fédération française, il fait des stages de détection, il repère les petits, il a créé des tests spécifiques, des compétitions et des catégories même pour que les plus petits puissent participer aux championnats de France. Grâce à tout cela, la relève est maintenant assurée, c’est sûr ! On voit déjà les jeunes patineurs beaucoup mieux placés sur leurs sauts et nettement plus précoces dans leur évolution.


4/ D’autres patineurs français ont obtenu des résultats lors de ces championnats du monde. Peux-tu nous parler de l’équipe de France et de ces résultats ainsi que de ton club et de ton entraîneur Arnaud Mercier ?

JPEG - 56.9 ko
Eric Traonouez avec son entraîneur Arnaud Mercier

Cette année, l’équipe de France est très bien classée, nous avons gagné trois médailles au total puisque deux couples juniors (moins de 19 ans) ont remporté une médaille de Bronze (NDLR : en danse junior avec Prescillia Henneguelle et Pierre Mériel et en couple junior avec Camille Frélicot et Nathanaël Fouloy). Je pense que nous avons battu les Etats-unis, on doit être la 2ème nation après l’Italie. Ensuite chez les seniors en quad, François Cattoire a obtenu une 4ème place, ce qui n’avait jamais été fait avant.


JPEG - 52.4 ko
Les médaillés français avec leur entraîneur Arnaud Mercier, Nathanaël Fouloy et Camille Frélicot (3èmes en couple junior), Eric Traonouez (champion du monde de roller en ligne), Prescillia Henneguelle et Pierre Mériel (3ème en danse junior)

Je m’entraîne deux heures par jour deux à trois fois par semaine avec Arnaud Mercier au pôle France d’Eaubonne (Val-d’Oise). Il y a deux pôles artistiques en France, Eaubonne et Talence en Gironde. Je faisais partie de celui de Talence quand je faisais du quad et maintenant que je fais du inline, je suis à Eaubonne. Mon programme court cette année était sur la musique du film de "la Momie" et le long sur le "Rondo Capricioso" de Saint-Saëns. Je choisis les musiques et les costumes et je participe au montage des chorégraphies avec mon entraîneur, ensuite c’est Arnaud qui inclut les éléments dans le bon ordre et qui m’aide sur les suites de petit pas, les sauts, etc...





5/ Plusieurs patineurs ont déjà commencé par le roller pour ensuite venir sur la glace, l’allemande Marina Kielmann, l’américaine Tara Lipinski ou encore plus récemment le couple italien Marika Zanforlin et Federico Degli Esposti. Tu pratiques aussi un peu sur la glace, de ton point de vue, quelle est la discipline la plus complexe et plus exigeante entre la glace, le quad et le roller en ligne ?

JPEG - 20.6 ko
Eric Traonouez - programme libre

Je n’ai jamais fait de vrais entraînements sur glace, il m’arrive de faire des doubles Axel, des triples Salchow ou des triples boucles de temps en temps en séances publiques, mais je pense que je ne pourrais pas me lever à cinq heures du matin pour aller patiner dans le froid, donc pour cette raison je pense que c’est la glace le plus difficile (rire). Au niveau du poids des patins, les quads sont déjà plus lourds que les patins de roller en ligne et ces derniers sont aussi plus lourds que les patins pour la glace. Pour donner un exemple, ça n’est pas comme quelqu’un qui doit faire un 100 mètres et qui ensuite doit faire un 400, c’est une question de sensations, elles sont différentes, mais je ne crois pas qu’il y ait un discipline plus difficile. Le roller en ligne a été très critiqué au début, parce que nous ne pouvions pas faire certains éléments du quad, mais le roller à quatre roues, le roller en ligne et la glace sont vraiment trois disciplines à part entière qu’il ne faut pas forcément comparer et opposer. C’est juste trois sports différents qui se ressemblent et qui ont chacun leurs spécificités, leurs difficultés et qui peuvent même être complémentaires.


6/ Est-ce que tu t’intéresses aux compétitions sur la glace et quels sont les patineurs que tu apprécies ?

JPEG - 26.9 ko
Eric Traonouez - programme libre

J’ai suivi les performances de Brian Joubert lors des Jeux Olympiques et des championnats du monde, le patinage français se porte bien. J’aimais beaucoup Surya Bonaly, elle marquait la différence par rapport aux autres, elle faisait des choses que tous les patineurs ne faisaient pas. Elle faisait des quadruples rotations, des combinaisons triple-triples, des pirouettes qui n’étaient peut-être pas parfaites mais qu’elle était la seule à faire. En gala, elle réalisait des sauts de main aussi, des saltos arrières réceptions sur un pied enchaînés triple Salchow, des éléments complètement insensés. Je regardais cela avec beaucoup d’intérêt en me disant "Mais qu’est-ce qu’elle va faire ?". Elle était surprenante, elle faisait le spectacle ! J’ai eu beaucoup de mal à me défaire d’elle quand elle a arrêté. J’avais aussi remarqué un patineur en particulier (NDLR : Michael Weiss) qui avait des lames recourbées sur l’arrière pour pouvoir faire de nouveaux éléments. J’aime voir des choses différentes !


7 / Tu viens justement de tourner un reportage pour France Télévision, avec ce titre mondial que voudrais-tu faire pour que ton sport soit plus médiatisé en France et qu’il devienne une discipline olympique ?

JPEG - 17 ko
Eric Traonouez - programme libre

À ma connaissance, à moins qu’il y ait un sport qui soit supprimé des JO, il n’y aura plus jamais de nouveaux sports qui rentreront aux Jeux-Olympiques. Pour la médiatisation, le roller artistique est un sport qui a une longue histoire, qui évolue comme n’importe quelle discipline. Le roller est un sport de haut niveau qui est reconnu par le ministère de la jeunesse et sport, je fais parti de l’élite mondiale parmi les athlètes de haut niveau. Mon titre mondial n’est pas un titre fictif, comme par exemple les championnats du monde de jeter de crêpe. Nous nous entraînons, nous nous blessons, nous avons des stages, des évaluations, des contrôles anti-dopages, des sélections et des objectifs tous les ans.

JPEG - 16.2 ko
Eric Traonouez - programme libre

Et justement, l’équipe de France a particulièrement bien réussi lors de ces mondiaux, car c’est la première fois qu’il y a autant de contrôles dans le travail. C’est aussi le résultat du travail de mon entraîneur.

Après bien sûr, il y a moins d’argent dans le roller que dans la glace. Je ne peux pas m’acheter une voiture avec mon titre mondial. J’ai eu une médaille, un nounours, un bouquet de fleurs et mon billet d’avion. Pour un titre mondial, je crois que la fédération française (FFRS) doit donner quelque chose comme 2500 euros, néanmoins je n’ai rien eu encore. "Si vous vous m’entendez, fédération française !" (rire).



8/ Beaucoup de jeunes en France qui aiment le patinage et qui n’ont pas facilement la possibilité de pratiquer sur la glace renoncent par manque de structure. Il existe beaucoup de clubs de roller en France, que voudrais-tu dire en tant que champion du monde pour inciter les jeunes et les moins jeunes à commencer à faire du roller ?

JPEG - 16.6 ko
Eric Traonouez - programme libre

On peut faire les deux en même temps, les patineurs sur glace peuvent très bien faire du roller pour s’entretenir. Moi je fais de la glace en entraînement le dimanche parce que cela m’aide pour la glisse. Les jeunes intéressés peuvent se renseigner auprès de la fédération française, il y a une liste de tous les clubs par région sur le site internet de la fédération française. Il y a énormément de club, il y en a dans toutes les petites villes.


9/ Tu as plusieurs cordes à ton arc en dehors du roller, finaliste du casting de la Star Academy en 2002, finaliste de l’émission Popstar en 2003, demi-finaliste de la sélection du représentant français pour l’Eurovision en 2006. Plus récemment en 2008, tu as même eu un rôle dansé dans un spectacle au théâtre des Champs Elyssés. Est-ce que toutes ces expériences artistiques enrichissantes t’ont apportées quelque chose pour le roller et ont contribué à ta victoire lors de ces mondiaux ?

JPEG - 15 ko
Eric Traonouez après son programme long avec son entraîneur

J’ai commencé le roller avant mes autre activités. En patinant devant un public important, on se retrouve forcément confronté aux regards des gens et on n’a pas le droit à l’erreur. Le fait d’être sportif de haut niveau m’a aidé pour faire des castings et pour la scène, car j’ai l’habitude du stress et de gérer la pression depuis longtemps grâce au roller. Cependant, ces expériences artistiques m’ont permis de me détacher un petit peu du roller, de m’ouvrir l’esprit et d’être moins focalisé sur le résultat final. Là, j’ai pu me libérer un petit peu en dansant aux théâtres des Champs-Elyssées, je faisais même un vol attaché à un fil. Grâce à ces expériences, j’ai pu m’évader et être stressé pour autre chose que le patin. De plus, le fait d’avoir fait davantage de spectacles cette année m’a permis de partir aux championnats du monde en étant plus détendu et en me disant que je ne jouais pas ma vie sur cette compétition.


10/ Curieusement le roller et la glace sont deux milieux plutôt cloisonnés alors que ces deux sports sont très voisins, est-ce que tu crois qu’il serait possible de créer une collaboration entre le roller, la glace et les deux fédérations ?

JPEG - 62.3 ko
L’équipe de France dans son intégralité

Oui je pense, déjà au niveau technique, il pourrait y avoir des stages en commun, pour qu’un échange de compétences sur les sauts, les pirouettes se mette en place. Mais ça n’est pas si cloisonné que ça, Brian Joubert était venu voir les championnats d’europe en 2007 en France à Gujan-Mestras près de Bordeaux, il avait même essayé de patiner à la fin de la compétition.



11/ Avec toutes tes compétences en tant que patineur, comédien et chanteur, si l’occasion se présentée, serais-tu intéressé par un petit clin d’oeil en participant à la tournée de l’équipe de France en tant que chanteur et patineur puisque tu patines aussi un peu sur la glace ?

Oui pourquoi pas, il faudrait que cela soit préparé et que le numéro soit approprié et adapté. Mais ça me ferait plaisir de les rencontrer oui.


12/ Quelles seront les prochaines compétitions pour toi ?

JPEG - 23.8 ko
Eric Traonouez

La saison de roller va de mai jusqu’au mois de novembre, les prochaines compétitions pour moi seront le Prestige international d’Issy-Paris à Issy-les-Moulineaux au mois de juin prochain, les championnats de France au mois de juillet, les euros au mois de septembre et les mondiaux du 10 au 21 novembre 2009 à Fribourg en Allemagne.











CLASSEMENT FINAL DES MONDIAUX DE KAOHSIUNG DANS LA CATÉGORIE ROLLER EN LIGNE

JPEG - 44.1 ko
Carlos Urquia 2ème (Argentine), Éric Traonouez 1er (France), Marco Viotto 3ème (Italie)

1/ Eric Traonouez (France)

2/ Carlos Urquia (Argentine)

3/ Marco Viotto (Italie)

4/ Gustavo Casado De Melo (Brésil)

5/ Philip Gibson (Etats-Unis)

6/ Huang Chin-Wei (Taiwan)

7/ Leonardo Maidana (Argentine)

8/ Diego Dores (Brésil)

9/ Lee Chun (Taiwan)


Site de la fédération française de roller skating  : http://www.ffrs.asso.fr/

Site de la fédération internationale  : http://www.rollersports.org/


(Crédit photos Eric Traonouez)

par Brice Dequaire